La mission du Psalte



1. L’œuvre du chantre
1. Le chantre est un clerc situe au premier degré de la hiérarchie ecclésiastique. Il accomplit un travail liturgique, une œuvre sacrée, et ceci n'est pas comparable à une profession exercée dans le monde.
2. Par son chant, le chantre représente les fidèles et il tient de ce fait, parmi eux, une place particulière dans l'église. Mis à part ses dons (sa voix mélodieuse, sa connaissance musicale et son style personnel), le chantre doit être aussi un homme de prière et de foi. Le but de la psalmodie ne consiste pas à faire éprouver aux fidèles une jouissance esthétique mais avant tout de les élever spirituellement.
3. Le chantre est le dépositaire de la musique ecclésiastique byzantine qu'il transmet de génération en génération. Un tel héritage de nos pères constitue la grandeur de l’Église orthodoxe grecque, il appartient aussi à la tradition sacrée de l’Église. La succession des chantres au pupitre sacré se fait de génération en génération.

2. Règles élémentaires des obligations et du comportement du chantre

1. Pour répondre pleinement a ses devoirs et à ses obligations, le chantre doit garder en son esprit une ligne de conduite précise.
2. Sa tenue au pupitre doit être sérieuse, sans mouvements superflus, sans grimaces ni gesticulations des mains. Il est en effet vu de tous les fidèles et ne doit pas détourner leur attention de la prière. Il doit rester debout, la tête immobile, le buste droit et ne pas ouvrir la bouche d'une façon exagérée. Afin de ne pas altérer le timbre des voyelles, la bouche doit s'ouvrir en forme d'ellipse et non pas en rond. Il s'agit d'obtenir une prononciation claire et précise et d'éviter que les sons soient étouffés au fond du larynx.
3. La respiration doit se faire librement par la bouche et non par le nez et se produire à la fin des mots et non en leur milieu en évitant ainsi de les couper et d'en altérer le sens. Cependant, dans les chants de style orné et lent (Hymnes des Chérubins, chants de communion etc.), ou les mots peuvent être émis sur une très longue durée, la respiration devra se faire en leur milieu, les découpant même en plusieurs fois.
4. On dit que celui qui connait la technique de la respiration, il sait aussi chanter.
5. L'intensité de la voix ne doit pas être uniforme sur toutes les syllabes ; les syllabes accentuées seront produites plus fortement que les syllabes atones afin que, le mieux possible, soit mis en relief le sens du texte.
6. Pour l'interprétation de chaque mélodie, la hauteur de la voix doit correspondre à la tessiture du chantre. Si la hauteur est trop haute, la voix n'est plus naturelle, le chantre étant obligé de forcer son larynx, et ceci produit des effets disgracieux.
7. Il est du devoir du chantre de ne pratiquer que les chants classiques de la musique byzantine sans y ajouter aucune modification car ceux-ci sont le fruit d'un long travail lié à une profonde expérience des compositeurs de la grande tradition.
8. Le chantre veillera à étudier continuellement afin de toujours s'améliorer. Avant tout office liturgique, il devra se préparer à l'avance pour remplir sa fonction au mieux.
9. Il s'efforcera par ailleurs d'être un exemple pour tous, par ses mœurs et sa conduite. Il sera décent, modeste et consciencieux et il aura avant tout un comportement chrétien. Pendant l'accomplissement de sa fonction à l'église, il ne doit pas s'agiter mais être dévoué à sa tâche, participer à la prière et ne pas chercher à donner une démonstration de ses possibilités vocales.
10. Appliqué à ce qu'il fait, le chantre chantera avec amour et ne donnera jamais l'impression d'accomplir une corvée.
11. Il respectera les prêtres et estimera ses confrères même si ceux-ci ont des connaissances et des possibilités inferieures aux siennes. Il est d'ailleurs reconnu que les attitudes envers les autres reflètent principalement la personnalité de celui qui les engendre plus qu'elles ne mettent en cause ceux envers lesquels elles sont adressées.
12. Le chantre sera attentif à ne pas faire un mauvais usage de sa voix. Pour la conserver, il évitera les boissons alcoolisées, ne fumera pas ni ne veillera tard la nuit — toutes choses qui sont néfastes pour la performance vocale.
13. C'est sans effort et d'une façon naturelle que la voix doit sortir de la bouche (et non pas du nez). C'est une très grande erreur de penser qu'il faut chanter du nez pour chanter byzantin. Ceux qui chantent ainsi font non seulement du tort à la musique byzantine mais aussi à eux-mêmes.

(Introduction de  L'Abrégé de Théorie et de Pratique de la musique byzantine ecclésiastique par Zacharias PASCHALIDES Premier chantre de la CathédraleSt Grégoire Palamas de Thessalonique édition de 1985 présentée par son disciple Andréa ATLANTI 2004)

2 commentaires:

  1. excellent, avez-vous SVP ce texte traduit en anglais?

    RépondreSupprimer
  2. excellent, avez-vous SVP ce texte traduit en anglais?

    RépondreSupprimer